fr  de  
Ateliers protégés pour personnes en situation d'handicap
Geschützte Industriewerkstätten für Menschen mit Behinderung
Sheltered Industrial workshop for handicaped persons

Historique

Pionnier de l'héliothérapie (traitement par le soleil), le Dr Rollier remarque bien vite que ses patients tuberculeux souffrent autant de leur inactivité et de leurs conditions économiques précaires que de la maladie elle-même.

En 1930, il inaugure une clinique révolutionnaire, puisqu'elle concilie traitement médical, activité professionnelle et formation :
la Clinique Manufacture de Leysin.

De cette institution, il reste les lettres CML de "Ressorts CML".

Au cours des années d'activité de la clinique et de son atelier, les malades manufacturent ainsi tout ce qu'il est possible d'imaginer : confection de pantoufles, fusibles, petits jouets et puzzles en bois, couture, reliure, fabrication de chaise, petits ressorts, etc...

De toutes ces productions, la fabrication de ressorts et l'activité de sous-traitance dans le domaine du cartonnage demeurent aujourd'hui.

Grâce aux antibiotiques, la tuberculose est traitée ambulatoirement et les cliniques d'altitude ferment à tour de bras. C'est le sort de la Clinique Manufacture en 1977. Cependant, le Canton de Berne, qui avait entretemps acquis l'institution, s'est efforcé de garder les ateliers dans lesquels travaillaient d'anciens malades et d'autres personnes en situation de handicap. Avec l'entrée en vigueur de l'Assurance Invalidité au début des années 1960, les ateliers de la Manufacture sont parmi les premières organisations en Suisse à être reconnues comme ateliers protégés par l'OFAS (Office Fédéral des Assurances Sociales).

L'histoire a voulu que les activités de la Manufacture se concentrent sur la fabrication de puzzles, sous la marque bien connue Pénélope, et sur la production de ressorts. Pénélope a trouvé des locaux en plaine, à Aigle, tandis que les personnes occupées aux ressorts ont déménagé dans une usine flambant neuve à Leysin en 2004.